Une nouvelle politique de la ville ?

Xavier Girard, délégué du Préfet à la Cohésion Sociale

Marie-Laure Comiti, chef de projet CUCS Littoral-Sud Séminaire S31. Mardi 18 novembre 2014. Centre Social / CCO des Hauts de Mazargues.

Xavier Girard rappelle que le corps des délégués du Préfet date de 2007. Ils sont 21 délégués du Préfet dans les Bouches-du-Rhône. Marie-Laure Comiti est chef de projet de la Politique de la Ville, depuis 8 ans sur le territoire des 8e et 9e arrondissements de Marseille. Les crédits de la Politiques de la Ville émanent de l’Etat, de la Mairie, de la Communauté Urbaine de Marseille, de la Région, du Département, de la CAF et des bailleurs sociaux. La politique de la Ville est, depuis 1977, une politique partenariale destinée à lutter contre l’exclusion dans les quartiers urbains défavorisés. En 2012, un rapport de la Cour des Comptes fait un bilan sévère de la Politique de la Ville, et propose en particulier une simplification du dispositif qui alors compte 2492 quartiers, 751 Zones Urbaines Sensibles, 594 quartiers en rénovation urbaine. Une nouvelle approche et un seul critère pour déterminer les territoires de la nouvelle politique de la Ville :

  • Un calcul basé sur le Revenu Médian de Référence (RMR) par personnes, sur un territoire. RMR : 50% de la population gagne plus, 50% gagne moins.
  • Calculé à partir du carroyage de l’INSEE : des territoires de 200 mètres sur 200 mètres.
  • Un seul critère financier : si une part importante de la population d’un territoire perçoit de faibles revenus (moins de 60% du RMR), le territoire entre (ou reste) dans le critère de Politique de la Ville.

Ce mode de calcul a modifié la carte des territoires de la Politique de la Ville, ainsi La Ciotat et une grande partie du Territoire d’Aubagne (hors Charrel) en sont exclus. Sur les 8e et 9e arrondissements, et après ajustements, les territoires restant en Politique de la Ville seront  les quartiers de la Cayole, la Cravache, la Soude, le Bengale. Le secteur Madrague Mondredon – Verrerie sortira du dispositif. Les acteurs des quartiers exclus du dispositif ont été rencontrés, ils ont reçu l’assurance que la sortie ne se ferait pas de manière brutale, mais avec une attention particulière pour que les crédits de « droit commun » émanant des partenaires ville, département et région soient maintenus et que les adultes relais puissent se maintenir jusqu’au terme de leur contrat de trois années. Le nouveau dispositif est prévu pour être réévalué tous les six ans. Le débat s’engage autour du renouvellement des habitants dans les quartiers en difficultés, les personnes qui en sortent sont remplacés par des personnes encore plus en difficulté, ce qui donne aux acteurs l’impression d’un éternel recommencement, et à la fois de l’attachement des habitants à leur quartier, sur les phénomènes de spéculation immobilière qui ont joué, par exemple à la Verrerie, pour aggraver la ségrégation urbaine. Les personnes présentes font également part de leur souci vis-à-vis des recettes du Centre Social Mer et Colline dont le territoire sort de la Politique de la Ville, à un moment où les crédits de « droit commun » risquent de se réduire avec la réduction des dotations de l’Etat aux Collectivités Territoriales. Madame Comiti pense que ce n’est pas une sanction, mais plutôt une reconnaissance du travail mené. Elle informe les participants qu’une mission d’accompagnement s’attachera à trouver des solutions pour atténuer les conséquences de cette sortie du dispositif. La réforme prévoit la création de conseils citoyens qui seront associés à l’écriture du futur Contrat de Ville. Cette participation n’est pas facile, en particulier celle des personnes qui ne sont pas habituées à la prise de parole en public, mais elle est en enjeu pour que la politique menée réponde aux véritables besoins des habitants. Les CIQ seront intégrés dans les dispositifs de dialogue, rendus plus complexes par l’absence de Maison du Projet dans notre Quartier. Des échanges ont aussi lieu sur le critère unique de classement en ZUP. Cela paraît réducteur car le niveau de revenu n’est pas le seul pertinent. Comme l’ont montré de nombreuses études socioéconomiques, d’autres paramètres entrent en jeu pour évaluer la pauvreté : nombre d’enfants, monoparentalité, accessibilité aux transports, coûts des logements, etc. Ce serait la simplicité, comme gage de transparence, qui aurait été favorisée comme critère unique. Tout sur la nouvelle politique de la ville sur le site suivant : http://www.ville.gouv.fr/?tout-sur-la-politique-de-la-ville

Sur ce site, tout sur la méthodologie retenue : http://www.ville.gouv.fr/?geographie-prioritaire,1511

Un document à charger en PDF : http://www.ville.gouv.fr/IMG/pdf/reforme-geographique-prioritaire-130729-md.pdf

Compte rendu rédigé par Claire Britten et Jean-Jacques Dupin. Son contenu n’engage pas les intervenants.


Vous aimerez aussi...