Le camp du Grand Arénas Marseille, 1944-1966

  • BarMartin
  • ConferenceDeguigne2018
  • ConferenceDeguigne2018-1
  • LivreCampLaCaillol
  • BarMartin

Le 15 septembre à l’initiative du CIS Hauts de Mazargues La Cayolle  et dans le cadre des journées du patrimoine 2018 nous avons découvert le Bar Martin

Situé à l’emplacement de l’actuel rond-point du Leclerc le bar Martin était le principal lieu de convivialité de la Cayolle.Dans son livre Nathalie Deguigné le décrit ainsi : « Le grand mur qu’il y avait sur la droite, c’était le point de rencontre de toutes les populations. Là, au bar, on avait des séances de cinéma. On venait avec nos chaises ; on regardait le film et on rentrait à la maison. »

La cour et les locaux du bar Martin existent encore aujourd’hui, même si ce n‘est plus un bar. Ses occupants ont la gentillesse de nous autoriser à y organiser la conférence de Nathalie Deguigné. Et de nous permettre ainsi de faire revivre les rencontres de ce temps un demi-siècle plus tard.

Au cours d’une conférence de Nathalie Deguigné nous a présenté son ouvrage.

Populations, lieux symboles, récits : les trajectoires de l’immigration en France dressent une véritable cartographie de leur mémoire pat rues, quartiers et villes interposés. Des histoires inscrites dans l’espace et dans le temps. La première grande saga de ces Français venus d’ailleurs, dans une France monde.
Camp Vietnam, enclave juive et cité de relogement Dans l’immense pagaille qui suit la Libération, Marseille voit affluer des milliers d’hommes et de femmes qu’il faut abriter momentanément des regards indiscrets, travailleurs vietnamiens placés sous haute surveillance en ce début de guerre d’Indochine, Juifs, rescapés des camps d’Europe centrale ou venus du Maghreb, en quête de la Terre Promise…

Pour les accueillir, Fernand Pouillon va édifier, entre la prison des Baumettes et le village de La Cayolle, des « drôles de baraques » en forme de tonneaux, qui sont à l’origine du camp du Grand Arénas. Camp isolé par des murs ou des barbelés, et dont le nom varie au fil des années : camp Vietnam fermé en 1948, Enclave juive, où passeront jusqu’en 1966 des milliers de « transitaires ». Le camp se révèle insuffisant pour abriter les nouveaux arrivants, « squatters » de toutes origines qu’il convient de reloger, travailleurs immigrés, Gitans. Les baraques et les cités édifiées à la hâte se dégradent rapidement. Dans cet espace d’entassement et de misère. se crée pourtant un monde solidaire, dont le souvenir resurgit aujourd’hui dans les mémoires croisées qu’évoque cet ouvrage.

Émile Temime est professeur émérite d’histone contemporaine à l’université de Provence, et directeur du groupe d’histoire des migrations à l’École des hautes études en sciences sociales. Nathalie Deguigné, historienne.
Le camp du Grand Arénas : Marseille, 1944-1966
Nathalie Deguigné (Auteur)


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.