Résidences fermées à Marseille. Quel impact sur les territoires ?

Elisabeth DORIER, géographe, professeure des universités

Laboratoire LPED « Population, Environnement, Développement » – UMR151, Aix Marseille Université

Plus de 20% de la population marseillaise vit dans des résidences fermées. Certains quartiers (particulièrement au Sud) sont à plus de 50% couverts par ces formes résidentielles. Le développement de ces clôtures et le cloisonnement d’espaces auparavant ouverts ont des impacts importants sur la structuration des quartiers et les possibilités de déplacements des populations. Elles traduisent aussi l’acuité de certaines tensions urbaines, et reflètent une évolution des modes de vies et représentations des citadins et du «vivre-ensemble ».

Le rapport complet sur ce travail est accessible librement  sur le site PUCA du Ministère de l’Ecologie, du Développement Durable et de l’Energie. Cliquer ici

Séminaire S23. 6 décembre 2013. CS/CCO Hauts de Mazargues


Vous aimerez aussi...