Soutenance publique de la thèse de doctorat en géographie de Julien DARIO

Lundi 20 mai – Amphithéâtre sciences naturelles, Aix-Marseille Université  (Marseille Saint-Charles).

« Géographie d’une ville fragmentée, Morphogenèse, gouvernance des voies et impacts

de la fermeture résidentielle à Marseille ».

Le jury
Guénola CAPRON, Professeure – UAM-Azcapotzalco (Mexique), Rapporteure
Frédéric HERAN, Maitre de conférences – Université de Lille – HDR, Rapporteur
Virginie BABY-COLLIN, Professeure des Universités – AMU, Examinatrice
Eric CHARMES, Directeur de recherche – Université de Lyon – ENTPE, Examinateur
Domnin RAUSCHER, Directeur General des Services (Métropole Aix-Marseille-Provence), Examinateur
Vincent FOUCHIER, Directeur General Adjoint chargé du projet métropolitain et
du conseil de développement (Métropole Aix-Marseille-Provence), Examinateur
Elisabeth DORIER, Professeure des Universités – AMU, LPED – Directrice de thèse
Sébastien BRIDIER, Maitre de conférences – AMU, Co-directeur de thèse
Catherine RHEIN, Directrice de recherche émérite CNRS – Paris Diderot – Géographicités, Invitée

Julien Dario a présenté son travail à l’invitation de l’Observatoire des Quartiers Sud

Résumé de la thèse

Cette thèse décrit les causes et les conséquences de la fragmentation urbaine relatives à l’expansion des ensembles résidentiels fermés à Marseille. Elle se nourrit de relevés empiriques inédits et d’analyses menées depuis plus de dix ans par une équipe de géographes. Le phénomène de fermeture résidentielle a connu en moins de vingt ans un développement considérable à Marseille, notamment dans les périphéries urbanisées aux 20ème et 21ème siècles. Les nouveaux produits immobiliers, issus de la promotion récente dans des zones de renouvellement, ou les anciennes rues de lotissements, de copropriétés, fermées au passage, se sont multipliés et la dynamique tend même à s’amplifier. Par la thématique de la fermeture nous interrogeons un objet élémentaire de l’urbain, la voie, abordée d’un point de vue symbolique (lien avec la question de l’espace public), fonctionnel (impact de la fermeture) et juridique (droit des sols et fermeture). La fermeture est appréhendée par la question de ses origines en faisant une géohistoire du statut privé des voies. Nous analysons la morphogenèse locale du plan de voirie périphérique, marquée par un libéralisme ancien et une informalité des pratiques. La pluralité d’acteurs et l’évolution de leur rôle dans la production et la gestion des voies à Marseille révèlent d’importants enjeux de gouvernance et expliquent l’héritage et la reproduction d’une large trame de voirie privée. Le défaut de planification et d’intervention publiques a favorisé la dynamique d’enclosure des voies dont nous analysons les effets sur la ville et les urbanités sous trois formes : l’intensité des coupures vis-à-vis des continuités du plan de voirie et des déplacements intra-urbains (en particulier piétons), la contradiction avec les plans et les projets publics en lien avec les politiques de « ville durable », enfin, l’émergence de conflits de riverains autour de la création d’enclaves à proximité de centralités et d’équipements publics. Située dans une perspective de recherche-action, cette thèse aborde la genèse et les effets d’un phénomène profondément inscrit dans le territoire.

Vous aimerez aussi...