Histoire des Arts au collège du Roy d’Espagne

Des parents engagés pour préparer l’épreuve d’histoire des arts au brevet des collèges.

Depuis quatre années, une dizaine de parents, membres de la FCPE et de l’association collège-Quartier du collège Roy d’Espagne à Marseille, et d’habitants, passionnées par les arts et sensibles à la question de l’école, préparent l’épreuve d’histoire des arts au brevet des collèges avec les élèves des 4 classes de 3e de l’établissement.

Lors de la réunion de bilan 2015, bien sûr qu’ils ont envie de faire mieux, plus, de se coordonner encore davantage avec les enseignants, qu’ils regrettent l’absence des enfants convoqués le vendredi après-midi, qu’ils auraient aimé plus de rigueur dans la liste des œuvres à préparer….Ils saluent l’engagement de la documentaliste dans ce partenariat au service des élèves.

Mais si le bilan peut sembler  un peu sévère, il est joyeux, empreint de la certitude que l’engagement bienveillant d’adultes est un apport important pour la préparation de cette épreuve, et bien au-delà.

Pour ces élèves, c’est le premier oral, pour une épreuve obligatoire au brevet, une épreuve où ceux qui peuvent se faire aider à la maison sont gagnants. C’est contre ce déterminisme que s’engagent ces parents, en préparant d’abord individuellement l’épreuve (entre 15 et 20 h de travail pour chacun d’entre eux), en la préparant collectivement et en recevant les enfants dans les conditions de l’oral.

Pour eux, leur apport est important :

Apport pour conseiller les enfants sur la façon de se présenter à un oral : non on ne garde pas son cartable en bandoulière, pas plus qu’on ne tient sa tête avec ses coudes ou que l’on se présente en tenue légère. Apport vis-à-vis d’un enfant sourd encouragé à mettre son appareil auditif lors de l’épreuve.

Apport pour donner envie à des élèves qui n’avaient pas travaillé de s’y mettre, pour encourager ceux qui n’ont jamais mis les pieds dans un musée, pour valoriser les timides et pour réorienter la compréhension des œuvres: non la chanson « Manhattan Kaboul » ne se passe pas en Algérie.

Ils ont le sentiment d’avoir rendu les enfants acteurs de cette épreuve.

Pour 2016, ils ont plein d’idées : imprimer les œuvres sous forme de posters qui seraient affiché au collège ou dans les centres sociaux, mettre les œuvres présentées sur le site du collège, améliorer l’usage du vidéoprojecteur afin de mieux mettre en valeur les détails des œuvres, demander au collège de pouvoir commencer plus en amont.

 

 


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search