« Le préjugé jeune. Le complexe rapport à la diversité dans le milieu scolaire »

Alessandro Bergamaschi, Université de Nice-Sophia Antipolis, Unité́ de recherches Migrations et Société (URMIS), Centre d’Analyse des Processus en Éducation et Formation (CAPEF)

Pour les jeunes dits « immigrés », l’école représente très souvent le premier contexte où ils commencent à entrer en contact avec la société majoritaire et à amorcer un processus d’intégration. La qualité des expériences vécues tout au long du parcours scolaire revêt, donc, une importance de premier plan. Malgré cela, selon les statistiques officielles, les élèves appartenant à des minorités immigrées constituent un groupe social particulièrement touché par des difficultés scolaires. Notamment, ils ont tendance à abandonner l’école plus fréquemment que la population non-immigrée (Commission of the European Communities, 2008). L’objectif de cette communication sur les difficultés scolaires des élèves immigrés vise à proposer un éclairage complémentaire aux explications dominantes sur le sujet. Dans un premier temps, on se penchera sur les thèses principales qui ont été formulées tout au long de ces dernières années au sein de la littérature sociologique francophone. Ensuite, la prise en compte des travaux classiques permettra d’apercevoir une zone d’ombre qui, jusqu’à présent, ne semble pas encore avoir fait l’objet d’une investigation systématique. Certes, un certain nombre d’études en sciences de l’éducation soulignent l’importance des relations entre pairs en tant que facteur pouvant affecter la réussite scolaire (Finnan, Schnepel & Anderson, 2003; Cohen, 2006 ; Debarbieux et al., 2012). Mais rares sont celles qui se focalisent sur les tensions qui utilisent l’origine comme élément de conflit voire de discrimination entre adolescents (Debarbieux, 1998 ; Debarbieux & Blaya, 2008 ; Adriana et al., 2012). Cette deuxième partie représente le côté empirique de la communication. Elle trouve son origine dans mes travaux de thèse et de post-thèse sur les manifestations de xénophobie des adolescents (Bergamaschi, 2013a, 2013b). Mes observations, menées dans des collèges et des lycées des Académies de Nice et d’Aix-Marseille, étudient les tensions entre les élèves qui mobilisent l’origine pour animer les querelles quotidiennes. Outre que représenter une modalité d’interaction fréquente, elles semblent constituer un important élément de désaffiliation scolaire (Bergamaschi à paraître). Ainsi, les élèves les moins insérés au sein du groupe classe – car victimes de blagues et moqueries qui s’appuient sur l’origine réelle ou supposée – sont aussi les élèves les plus à risque d’échec. Les observations et les entretiens avec les enseignants montrent que l’organisation du réseau des pairs reproduit les clivages issus alors des lignes ethniques. Ceci entrave une réelle cohésion au sein de la classe et, semble-t-il, affecte la qualité du rendement scolaire. De plus, parmi les élèves minoritaires membres des groupes de plus ancienne installation (ex. Algérien, Tunisien, etc.), on constate des attitudes visant à placer les groupes de plus récente installation au bas de la hiérarchie (Tchéchènes, Roumains). Est-ce une discrimination qui vise à véhiculer l’image de groupe bien intégré et qui prend les distances par rapports aux flux actuels ? Est-ce une sorte de xénophobie qui se déroule entre les groupes minoritaires uniquement ? Sommes-nous confrontés à une « ethnicisation de l’espace scolaire » (Debarbieux, op. cit.) qui se structure alors sur plusieurs registres ? Il est à souligner que, selon la perspective proposée, il s’agit moins de comprendre les effets propres à l’origine que la manière dont ces derniers peuvent devenir un facteur aggravant et ce, selon la subjectivité des acteurs et la configuration de leurs relations au sein de l’espace scolaire. Il s’agit d’une piste en voie d’exploration et qui peut compléter l’étude des facteurs affectant la scolarité des élèves immigrés, facteurs inhérents aux dynamiques qui animent la boite noire de la classe. Enfin, je souhaiterais profiter de cette intervention pour discuter comment ce terrain empirique que j’aimerais approfondir davantage se positionne par rapport au filon d’études sur les violences scolaires.

Séminaire OQSM S33. Vendredi 6 février 2015. Centre socioculturel Saint Giniez Milan, 38 rue Raphaël Ponson 13008 MARSEILLE

Pour accéder au diaporama utilisé durant le séminaire, cliquez sur PPT_Bergamaschi  

???????????????????????????????

Un ouvrage de l’intervenant:

« Jeunes français et italiens face à la l’immigration. Les deux facettes d’un même préjugé » par Alessandro Bergamaschi. Éditions L’Harmattan (Paris). Collection Logiques sociales

Dans l’espace européen, les discours publics sur les questions sociales suscitées par l’immigration internationale prennent différentes formes et sont influencés par une multitude de facteurs hétérogènes. Cet ouvrage présente les résultats d’une étude menée dans deux pays, la France et l’Italie, considérés comme deux cas évocateurs concernant la « question migratoire » en Europe. L’enquête vise à identifier les représentations de l’immigré et les attitudes envers les questions soulevées par l’immigration chez la population adolescente de France et d’Italie (1 200 lycéens). Il ressort que l’ancienneté de l’immigration et le statut public que la culture politique nationale accorde à la diversité sont les principaux facteurs qui expliquent la typologie de préjugé établie au fil de l’analyse des données : un préjugé à caractère économique et social pour l’échantillon italien et livre Bergaun préjugé à caractère identitaire pour l’échantillon français. À une époque marquée par une conjoncture sociale difficile qui représente le milieu propice à la hausse des positions xénophobes, il n’est alors pas sans intérêt de comprendre les mécanismes de diffusion des rhétoriques de l’intolérance et, notamment, leur capacité d’emprise sur une jeune génération de plus en plus méfiante envers la société. Alessandro Bergamaschi, docteur en sociologie, enseigne actuellement à la Faculté des sciences du sport de l’Université Nice-Sophia Antipolis. Ses recherches ont trait à la question de la jeunesse dans une perspective européenne, avec un soin particulier apporté aux relations inter-ethniques dans le système éducatif et au rôle des activités physiques et sportives comme outils de prévention de l’échec scolaire.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.