Ciné-Débats

A l’initiative de Delphine, une commission ciné-débats a été créée. Elle vise à regrouper tous ceux qui souhaitent faire vivre un cinéma différent dans nos quartiers.
Pour commencer, deux projections-débat ont eu lieu : Wadjda et Kirikou dans le cadre du partenariat entre l’OQSM et le groupe de français du Centre Social des Hauts de Mazargues.

Retrouvez  ici le souvenir de ces moments

Un projet de ciné-débat dans les quartiers sud de Marseille

Contexte 

Septembre 2018, je démarre une formation en alternance de 9 mois, intitulée DEJEPS (diplôme d’état de la Jeunesse, de l’éducation populaire et des sports) « développement de projets, de territoire et de réseaux ». Je choisis de faire mon stage pratique à l’OQSM, dont je partage les engagements et les valeurs. L’enjeu est de concevoir, puis de mettre en place, un projet d’éducation populaire, c’est à dire porteur de changements, émancipateur pour son public et qui fasse coopérer des acteurs sociaux.

Diagnostic de territoire

Je découvre un territoire vaste mais cloisonné, inégalitaire, avec des poches de pauvreté (cités HLM du Bengale, de la Cayolle et de la Soude) côtoyant des résidences privées, une absence de mixité sociale, un échec scolaire important et une offre culturelle pauvre.

Un public : les groupes de femmes des différentes structures sociales du territoire

L’OQSM me propose de m’intéresser aux femmes : Qui sont ces groupes de femmes ? L’objectif de leurs animatrices est-il bien l’émancipation ? Que peut-on faire pour rapprocher ces mères de l’école ? Je découvre des groupes de femmes aux identités bien distinctes, souvent issues de l’immigration, francophones ou non. Je perçois aussi des conflits qui sont des frontières entre ces groupes. Je propose de faire un projet qui fasse coopérer ces femmes.

 Le film « La source des femmes » : le démarrage de mon projet

Je rencontre la présidente de l’association « Parents » de la Cayolle. Elle souhaite passer le film « La source des femmes » à son groupe de femmes, musulmanes et arabophones. Cependant, elle a des réticences à passer ce film, qui dénonce le machisme et l’intégrisme religieux, à des femmes qui en subissent, pour certaines, les violences. Je lui propose de l’aider à passer ce film, et décide alors de développer un projet de ciné-débat, afin d’enrichir la culture du territoire avec du cinéma non commercial et de favoriser la mixité sociale en faisant se rencontrer et échanger les groupes de femmes. Durant mon stage, ce projet n’a pas abouti, mais il m’a permis d’expérimenter les ciné-débats.

Le groupe d’alphabétisation du Centre social des Hauts de Mazargues : deux projections de ciné-débat « Wadjda » et « Kirikou ». (voir compte-rendu et photos sur la page ciné-débat de l’oqsm)

Ces deux projections ont été faites en coopération avec les formateurs de français du centre social. Le public est composé des femmes du groupe d’alphabétisation, avec leurs familles pour Kirikou, et de représentants d’associations du territoire. Ce sont deux films moraux et esthétiques, qui touchent le public et suscitent témoignages, écoute de l’autre et échanges d’opinions.

Un atelier d’intelligence collective au théâtre du Centaure : naissance d’un « réseau cinéma quartiers sud ».

Je propose aux acteurs du territoire un atelier autour de la question « comment imaginez-vous le cinéma dans les quartiers sud en 2020 ? ». Le théâtre du Centaure, parti prenante de ce projet, nous accueille. Douze structures oeuvrant pour l’éducation, la parentalité, le lien famille-école, la culture, le socio-culturel, le langage sont présentes et décident de se fédérer en un « réseau cinéma quartiers sud ». Leurs objectifs principaux : se tenir informés de ce que chacun propose, mutualiser les moyens, favoriser la mixité sociale et la rencontre des publics, faire des projets croisés, relancer le cinéma de plein-air.

Découverte de la Caravane cinéma du théâtre du Centaure et valorisation des réalisations cinématographiques du territoire.

Le réseau cinéma découvre, dans la caravane équipée en salle de cinéma, de remarquables courts-métrages réalisés par le théâtre du Centaure et par l’association Lieux-Fictifs, qui travaille avec les prisonniers de la prison des Baumettes. Nous décidons de promouvoir les réalisations faites sur le territoire en diffusant un court-métrage avant chaque projection de film.

Aujourd’hui, le réseau s’est élargi à une vingtaine de structures…

RDV le 8 décembre 2018 dans la nouvelle salle cinéma du centre social du Roy d’Espagne pour une découverte des réalisations de l’association Lieux-Fictifs

Synthèse réalisée par Delphine Lécorché

–0–

Succès du CINE Débat :La sociologue et l’ourson
 du vendredi 18 janvier 2019 à 18 h 30.

Nous avons découvert le film « La sociologue et l’ourson » réalisé par Mathias Théry et Etienne Chaillou qui interroge les contours de la famille par le prisme d’un dialogue mère-fils : chronique familiale et mariage pour tous. A l’issue de la projection, Irène Théry a répondu à toutes les questions de l’assistance, nombreuse et ravie de sa soirée.
Quelques articles sur Irène Théry:dans Télérama:
Irène Théry : “Le problème, c’est ce fameux modèle : un seul père, une seule mère”
Sur le site de France Culture

–0–

SAMEDI 9 MARS 2019 19H00 Film documentaire

” C’est quoi le bonheur pour vous ?  “
de Julien PERON 

Ce film est conçu pour inviter au rassemblement, aux questionnements et aux échanges.
Recherche universelle depuis des millénaires, l’homme n’a cessé de se questionner. Philosophes, écrivains, scientifiques, maîtres spirituel, chercheurs en tout genre s’attardent à comprendre la mécanique du bonheur. Et si le bonheur cela s’apprenait ? Et si tout partait de notre éducation? Pendant 4 ans, Julien PERON a sillonné notre belle planète en autofinancement à la rencontre de ces hommes et femmes qui cherchent à percer les mystères du bonheur.

Entrée : 5 €

Informations et Réservations :
Accueil du centre au 04 91 73 39 82

–0–

8 Décembre 19h: COURTS MÉTRAGES 


SOIRÉE COURTS MÉTRAGES au centre Socio Culturel du Roy d’Espagne 16 Allée Albeniz 13008 Marseille .

Projection d’une sélection de six courts-métrages réalisés dans le cadre du dispositif d’éducation aux images, “Images en mémoire, Images en miroir”, porté par l’association Lieux Fictifs.